Le gui

le
Gui

Sur quels arbres poussent le gui ? Pourquoi le gui est un incontournable de Noël ?

La grive draine « dit grive du gui »et la fauvette adorent ses petites baies transparentes.

Comment le gui monte-t-il aux branches ?

Le gui a de belles baies joufflues qui semblent appétissantes mais qui sont très visqueuses.

Elles collent au bec des oiseaux comme du chewing-gum. Pour s’en débarrasser, les oiseaux frottent leur bec contre les branches et y écrasent les baies.

Les graines, en germant percent l’écorce de l’arbre et se nourrissent de sa sève comme des vampires.

Pourquoi le gui porte bonheur ?

Le gui plante porte-bonheur. … Très certainement des Gaulois pour qui le gui était une plante sacré ; son nom signifierait « celui qui guérit tout ». Ainsi ces derniers attribuaient au gui des vertus médicinales et d’immortalité, car ses feuilles restaient vertes, même en plein coeur de l’hiver.

Est-ce que le gui est toxique ?

Le gui contient des protéines toxiques, appelées viscotoxines. Ces protéines se trouvent dans les feuilles et les tiges de la plante. Les baies ne contiendraient pas de viscotoxines et seraient dès lors moins toxiques. La toxicité du gui dépend fortement de l’arbre-hôte.

Le gui pousse sur quels arbres ?

Le Gui est une plante dépourvue de racine qui vit dans les arbres et qui prend, au fil des ans, l’apparence d’une grosse boule. Plante parasite, le gui s’installe dans de nombreux arbres de nos régions comme l’aubépine, le robinier, le saule pleureur, le pommier, le tilleul et surtout le peuplier.

Comment fait le gui pour se propager d’un arbre à l’autre ?

Les oiseaux qui avalent les baies du gui ne digèrent pas les graines qu’elles contiennent. celles_ci traversent leur intestin … et ressortent intactes de l’autre côté. Elles sont ainsi dispersées au hasard sur les arbres.

gui

Pourquoi compare t-on le gui à un vampire ?

Le gui ne pousse pas sur le sol. Ses graines ne se développent qu’une fois posées sur l’écorce d’un arbre. C’est en effet, une plante parasite. Il s’épanouit en suçant la sève des autres plantes qu’il pompe grâce à des organes spéciaux. Voilà pourquoi on le voit toujours accroché aux branches des arbres. Comme ses rameaux poussent dans toutes les directions, cela lui donne la forme d’une boule assez régulière.

Comment le gui fait pour tenir aux branches?

Ses baies blanches et rondes contiennent chacune une graine verte, aplatie et entourée d’une substance collante, la glu. C’est cette glu qui permet à la graine de se fixer aux branches des arbres.

Le gui s’attache solidement à sa branche. De la base des tiges sortent des suçoirs qui pénètrent sous l’écorce de la plante hôte, dont ils pompent la sève.

Pourquoi le gui reste toujours vert ?

Sa plante hôte a beau s’endormir pendant la mauvaise saison, le gui, lui reste bien actif. Aussi conserve-t-il son feuillage vert même en plein hiver.

Pourquoi le gui aux fêtes de Noël ou du nouvel an ?

Lorsque la fête de Noël remplaça la fête païenne du « Sol Invistis » (fête de Mithra, le dieu du soleil), le houx pris la place du gui. Mais la plante parasite n’eut pas le dernier mot. … Cette trêve est peut-être à l’origine de la tradition de s’embrasser sous le gui en signe d’amitié et de bienveillance.

Comment le garder jusqu’à la période des fêtes ?

Suspendez ce bouquet au-dessus de la cheminée.Vous pouvez aussi réaliser une série de petits bouquets et les suspendre au linteau des portes. Pour garder vos branches de gui encore plus longtemps, vous pouvez les conserver dans l’eau froide et les petites brindilles dans de frigo.

Comment couper le gui ?

Couper les pieds de gui à ras. Il est important d’éliminer ce parasite dès les premières apparitions. Pour cela, couper le gui au ras de la branche, avec une serpe ou une serpette selon la taille de la touffe. Si les branches sont trop atteintes, mieux vaut les couper avec une scie d’élagage.

Botanique : 

Nom latin :  viscum album

Taille : boules de 20 à 50 cm de diamètre

Feuilles : opposées, charnues, persistantes

Fleurs : petites et verdâtres

Fruits : baies

Habitat : Forêt et campagne, en montagne jusqu’à 1300 m

Répartition : Europe, une partie de l’Asie, Afrique du Nord

Floraison : printemps

Quels sont les bienfaits du gui ?

Les fruits du gui, une fois macéré, fermenté et cuits, donnent une colle fine et très adhésive qui servait de glu (glu des oiseleurs).

Le gui était autrefois prescrit contre l’épilepsie, les désordres nerveux, pour la régulation des activités glandulaires, du rythme cardiaque et de la digestion. La décoction des branchettes donne de bons résultats sur les engelures, mais peut être cause d’intolérance. La viscine, substance agissante du gui, peut, à forte dose, ralentir dangereusement le rythme cardiaque, causer des convulsions, accroître la pression artérielle et même provoquer un avortement, alors qu’en faible dose, elle a des effets bénéfiques sur les personnes souffrant d’hypertension et de maladies cardiaques.
Les jeunes pousses feuilles de printemps sont utilisées en gemmothérapie (thérapie utilisant des macérats de bourgeons et jeunes pousses des plantes) pour les problèmes de circulation.
Des extraits de gui ont été utilisés comme traitement adjuvants de certains cancers traités par chimiothérapie.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s